Baltimore, 2015, j’y étais! – L’après, partie 1 – Baltimore, 2015, I was there! After, part 1.

Avant de partir à Baltimore, j’avais eu une conversation sur Facebook avec mes partenaires de voyage, qui allaient partager une chambre avec moi. Je disais qu’il y allait avoir un « avant Baltimore », qui allait se lire ainsi:

  • M’interroger à savoir si j’allais porter ma robe à crinoline lors du banquet du samedi soir, ou si j’allais plutôt adopter le style vestimentaire « cabane à sucre », avec des cuillères en bois et un chapeau de castor, comme dans tous les bons vieux clichés québécois;
  • Aller voir le film Inside Out, et songer sérieusement à troquer ma robe à crinoline contre un déguisement du personnage de Joy (robe verte et perruque bleue) question de montrer à mes futurs nouveaux amis américains que le bégaiement n’a affecté en rien ma joie de vivre;
  • Faire le ménage de l’appartement;
  • Et bien d’autres.
 Je savais qu’il y allait avoir aussi un « après-Baltimore ». Je disais en riant que ça allait changer notre vie, et tout et tout.
 Je le répète : EN RIANT. Je prenais « l’après-Baltimore » bien trop à la légère.
 Come on, là! Tu ne pars pas faire le tour de l’Asie pendant un an avec le sac au dos et 10 yens dans tes poches! Tu ne prends même pas l’avion! Tu pars juste pendant une semaine, dans le pays voisin du tien!
 Ça n’avait rien à voir avec une longue fin de semaine à New York, un séjour en camping ou un tout-inclus dans le Sud. Parce que je le dis sérieusement : j’ai vu la beauté de l’être humain. Et ce voyage m’a fait changer ma philosophie sur le bégaiement, les relations humaines et certaines choses de la vie.
 La fin de l’été 2015 a été une période étrange. De retour au Québec, je vivais une sorte de choc du retour, chez moi, dans mon environnement familier.
 
– Je finis ma maîtrise à 24 ans, je me marie à 25 ans, je m’achète une maison en banlieue à 26 ans, je tombe enceinte de Léa à 27 ans, j’obtiens une promotion à 28 ans et je tombe enceinte de Thomas à 29 ans. À 30 ans, j’aurai donc réussi dans la vie!
– Léa et Thomas mangeront de la nourriture biologique, végan et sans gluten, mais ils auront une politesse exemplaire et une excellente capacité d’adaptation, alors ils finiront toute leur assiette sans rechigner si on va souper chez des amis et qu’il y a des hamburgers ou du poulet au menu. Ils seront quadrilingues, feront du hockey, de la danse, de l’improvisation, du patinage artistique, de la méditation et de la guitare, seront premiers de classe et sauront où se trouve Sao Tomé et Principe sur un globe terrestre.
– Je ne suis jamais sorti de ma petite ville, j’ai toujours côtoyé mon groupe d’amis qui me ressemble, qui écoute la même musique que moi, qui vote pour le même parti politique que moi aux élections et qui magasine aux même boutiques que moi. Traverser le Pont Champlain pour aller à Montréal? Jamais de la vie! (panique et hyperventilation).
– Il pleut dehors. Nos vacances d’été sont gâchées!
– J’ai pris 2 livres. Ma vie est foutue. En plus, j’ai des cheveux gris et des pattes d’oie! (insérer ici une trame sonore de fin du monde).

Bienvenue à la maison.

J’étais au-dessus de tout ça. Je trouvais ce genre de propos tellement futile.

Le paraître au lieu de l’être. L’obsession de la perfection, du corps parfait, de la vie parfaite, des vacances parfaites et de paraître parfait. Le refus de sortir de sa zone de confort. La conformité. La peur de déplaire aux parents, aux voisins, aux amis, aux étrangers. Je n’étais plus capable.

 J’ai brillé par mon absence à certaines activités familiales et sociales. Je savais bien trop que j’allais avoir des comptes à rendre, et je n’avais tellement pas envie de rendre des comptes. Des comptes du style : T’as fait quoi dans tes vacances? Tu as voyagé? Où, avec qui, tu as  visité quoi, quelle date?
 Je ne voulais pas me compliquer la vie. Je voulais de la simplicité, de l’authenticité, des relations vraies, de la vérité, de l’honnêteté. Cette simplicité que j’avais expérimentée aux États-Unis me manquait.
(La suite est à venir!)
———–
Before going in Baltimore, I had a conversation on Facebook with my roommates. I said that there will have a period  called « Before Baltimore »:
  • Will I wear a puffy dress for the saturday night banquet, or will I decide to wear sugar-shack-style clothes with wood spoons and a beaver hat, just like the typical quebecer stereotypes?
  • Watching the movie Inside Out, and thinking seriously to wear the costume of Joy (green dress and blue wig) instead of my puffy dress, because I wanted to show to all my new american friends that my stuttering doesn’t affect my happiness.
  • Cleaning the apartment.
  • And many more.
I knew that there will also be a period called « After-Baltimore ». I laughed and I said that this travel will change our life.

I repeat it. : I LAUGHED. I did not anticipate so much the « After-Baltimore » period.

Come on! You are not coming in Asia during one year with a backpack and 10 yens in your pockets! You don’t have to fly! You only leave for a week, in the country near from yours!

It was not like a long weekend in New York, a camping trip or a week in Cuba. I tell it seriously : I saw the flourish of the human being. And this trip helped me to change my own philosophy about my stuttering, human relationships, and life.
The end of the summer 2015 was a strange period for me. I was in such a cultural shock, at home,  in my familiar environment, in my country.
– I will finish my master degree at 24 years old, I will get married at 25, I will buy a house in the suburbs at 26, I will be pregnant of my first daughter at 27, I will obtain a promotion at 28, I will be pregnant of my son at 29. So at 30 years old, my life will be successful!
– My kids Lea and Thomas will eat biologic and vegan food, gluten free, but they will be polite and adaptative, so they will eat everything without whining when our friends will invite us to dinner and serve us hamburgers and chicken. My kids will speak 4 languages, practice hockey, dance, impro, figure skating, meditation and guitar, they will be the best students of their school and they will know where is Sao Tomé and Principe on the globe.
– I never went out of my little town, I always have the same group of friends who are just like me. We listen the same music, we vote for the same political party and we shop at the same places. Taking the Champlain Bridge for going in Montréal? Never! (Panic reaction and hyperventilation).
– It’s raining outside. Our summer vacations are a failure!

– I gained 2 pounds. My life sucks. And I have grey hair and wrinkles! (end of the world-style music).

Welcome home!

I thought that these sentences were frivolous.
Looking good were more important than just being. There was the obsession of perfection, perfect body, perfect life, perfect vacation, and perfect appearance. The fear of going out of our confort zone. The conformity. The fear of displeasing our parents, our neighbours, our friends, and perfect strangers.
I could not take it anymore.
So I decided to be absent in some social events and family activities. I knew that I would have to tell every details of my life to everybody, and I was not sure that I really wanted it.
What did you do this summer? Did you travel? Where did you go in vacation? Who was with you? Which attractions did you visit? When did you have a vacation?
I just wanted to make my life less complicated. I wanted simplicity, true relationships, verity, honesty. I missed the simplicity that I experimented when I went in USA.
(The next part will come soon!)
Advertisements
Baltimore, 2015, j’y étais! – L’après, partie 1 – Baltimore, 2015, I was there! After, part 1.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s