Résolutions et reportages, partie 1 – Resolutions and reports, part 1

Résolutions et reportages (partie 1)

Extraits de ma liste de choses à réaliser dans ma vie :

1- Avoir un emploi que j’aime (check !)

4- Réussir mon sucre à la crème (à venir!)

5 –Acheter une maison en banlieue, une tondeuse, une souffleuse, une minivan, des taxes municipales et des petites roches pour garnir l’entrée

7- Me marier à 28,3 ans et avoir 3,2 enfants

11- Avoir des REER (très palpitant!)

Bon, maintenant, passons aux choses Très Sérieuses… les résolutions en lien avec le bégaiement…

17- Lâcher prise sur les exercices de la Poupée de Chiffon, du Bonhomme Chamallow et des Billes dans la Bouche.

Non mais!!!! Il faut être fou pour demander à quelqu’un d’articuler avec des billes dans la bouche? C’est dangereux!

(Ma propre réaction pendant le visionnement du film The King’s Speech, plus spécifiquement, la scène où le roi George VI crache une tonne de billes de sa bouche en voulant faire un exercice d’orthophonie en vogue dans une époque lointaine. La légende dit que Démosthène, orateur grec qui a vécu dans les années 300  avant Jésus-Christ, s’exerçait à articuler avec des roches dans la bouche pour vaincre son bégaiement. Pour ma part, je ne veux même pas savoir ce que ça goûte, des roches.)

18- Envoyer promener les théories de l’ordre socioaffectif ou psychanalytique au sujet du bégaiement. La personne qui bégaie n’est pas obligé de devenir un moine bouddhiste ou de s’apparenter à un sosie humain de Porcinet, non?

Référence subtile à la mentalité voulant que le bégaiement soit dû au stress et/ou à l’émotivité et que le meilleur remède soit une vie zen, tranquille, coupée de la civilisation et dépourvue de toute source de stress. Seconde référence subtile à l’image populaire voulant qu’un bègue soit timide et ait peur de son ombre. Ambiance musicale : Porcinet a peur.

19- Faire de l’éducation populaire sur le bégaiement auprès des personnes non-bègues.

« Je bégaie car j’ai eu un choc émotif quand mon frère est né. » (encore la mentalité de la vieille école).

« Je bégaie parce que je suis timide et que je n’ai pas confiance en moi. » (Voilà un autre mythe qui a la couenne dure).

« J’ai bégayé jusqu’à ce que je perde ma virginité. » (Ça, c’est n’importe quoi, mais je l’ai déjà entendu. Toujours sur le thème de la sexualité/histoires de bonnes femmes, j’ajoute le mythe voulant que le bégaiement soit causé par une libido mal canalisée).

« Le médecin m’a coupé le filet de la langue pour que j’arrête de bégayer! » (entendu à quelques reprises dans les années 2000, plutôt qu’à l’ère des hommes de Cro-Magnon).

Come on… on me prend vraiment pour une dinde? J’ai fait de l’éducation populaire sur le bégaiement toute ma vie. J’en fais encore. Combien de fois, notamment dans mon parcours scolaire, ai-je contredit des gens qui croyaient à tort que j’étais dyslexique, ou juste maladivement timide…juste car je bégayais? À mon humble avis, les théories ci-haut sont archaïques. Dépassées. Je ne comprends pas pourquoi, au 21e siècle, certaines personnes gobent encore ça sans broncher.

Et il faut aussi faire la différence entre la personne non-bègue, qui bégaie occasionnellement, par exemple, sous l’effet du stress ou quand elle cherche simplement ses mots, et la personne bègue, dont le bégaiement fait davantage figure de difficulté au quotidien plutôt que de la conséquence d’un mini-stress passager. Une personne bègue peut souvent avoir de la difficulté à dire son nom, à lire à voix haute ou à commander son repas au restaurant.

20- Montrer, de façon plus urgente que jamais, que bégaiement n’est pas synonyme de timidité, et qu’on peut bégayer et réussir dans la vie.

Entre temps, j’ai laissé reposer ma liste. Jusqu’à ce qu’un évènement inattendu ne survienne…

———–

There is some points of my bucket list

1- Getting a job that I enjoy (check!)

4- Cooking some good « sugar and cream »

5- Buying a house in the suburbs, a minivan, a mower, a snowblower, municipal taxes and a lot of gravel

7- Getting married at the age of 28,3 years old, and having 3,2 kids

11- Having a RRSP (Yeah, this is really funny!)

Okay, instead, I will talk about the Very Serious Things : the goals related to my stuttering…

17- Letting go about the exercices of the Chiffon Doll and the Pebbles in the Mouth.

Hey, this is crazy to ask to someone else to tell something with pebbles in the mouth! This is dangerous!!

(My own reaction when I watched the movie The King’s Speech, specifically, when the King George VI spitted a lot a pebbles out of his mouth while he tried to do a speech exercice used in a lointain era. The legend tells us that Demosthene, a greek orator who lived about 300 years before Jesus-Christ, practiced a similar exercice for his stuttering. This exercice consists to say words while having rocks in the mouth. Personally, I don’t want to know what is the taste of a rock.)

18- Don’t believing the socioaffective and psychoanalytic theories about stuttering. People who stutter should not become Buddhist monks, or should not become the spitting image of Piglet, right?

This is a subtile allusion of the following mentality : stuttering is caused by stress and/or emotivity, and the best cure is a zen and quiet lifestyle, outside the civilization, without any source of stress. Second subtile allusion of the traditional image of a person who stutter because he/she is shy and afraid of his/her shadow. Musical background : Piglet is scared.

19- Educating people about stuttering

« I stutter because when I was a child, I had an emotive shock when my brother was born” (the ancient, outdated way of thinking…).

« I stutter because I am shy and I have a lack of self-confidence ». (Another tough myth…).

« I stuttered until the moment I lost my virginity”. (This is simply another myth, but I used to hear it. Always on the topic of weird and ancient theories about stuttering and sexuality, I will add the following myth : stuttering is caused by a libido out of control.

« The doctor cut the cartilage of my tongue, to eradicate my stuttering” (I heard it a few times in the 21th century, not in the cavemen era).

Do I really need to explain that these myths are all false?

I educated people about stuttering during my whole life, and I am still educate them. How many times, especially in my school journey, did I contradict people who believed that I was dyslexic, or very shy…just because I stuttered? In my humble opinion, these theories about stuttering are archaic. Outdated. I don’t know why today, some people still believe these myths. I think that there is still a lot of work to do to educate, advertise and inform people about stuttering.

We should also make the difference between 1- the fluent people (99% of the adult population), who stutter occasionally in a stressful situation, when they are tired, or when they try to find their words, and 2- the people who stutter (1% of the adult population). For these people, stuttering is not the consequence of a mild and temporary moment of stress, but a daily difficulty. For example, a person who stutter will probably struggle to say his/her own name, read out loud, or order a meal at a restaurant.

20- Showing urgently that « stuttering » is not a synonym of « shyness », and we could have a good life in despite of the stuttering.

I did not write anything on the list, until an unexpected event happened…

Advertisements
Résolutions et reportages, partie 1 – Resolutions and reports, part 1

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s